13 avril 2016

Japon // Jour 3 // Tokyo

Troisième jour, nous décidons d'assister à l'O-Hanami (la contemplation des cerisiers en fleurs).
Direction le quartier de Meguro, où les guides conseillent un "spot".
Comme nous n'apprenons jamais de nos erreurs, nous décidons de nous y rendre à pied...
(grosse marche en perspective)
Arrivés à destination, nous nous attendons à déambuler sous de majestueux sakura, 
le long du canal Naka-Meguro. Malheureusement, la saison des fleurs est passée depuis quelques jours et les arbres sont déjà bien dépenaillés.
On s'offre nos premiers Onigiris (et pas les derniers du séjour) au milieu d'un tapis de pétales.

La journée est loin d'être terminée et nous sautons dans le monorail aérien,
pour l'île artificielle d'Odaiba. On s'installe d'office à l'avant pour profiter de la vue
sur la baie de Tokyo (pour nous, c'est comme un manège !)
On commence notre visite par se rendre au Tokyo Big Sight, un immense bâtiment à la forme particulière, mais sans grand intérêt, celui-ci hébergeant des conventions professionnelles.
Cela nous aura tout de même permis de tomber sur une étonnante scie géante.
Les Japonais semblent être des fanas de grande roue.
Nous en croiserons plusieurs à Tokyo et quasiment une dans chacune des villes
que nous traverserons durant notre séjour.
Une des curiosité d'Odaiba, c'est la réplique d'un Gundam de 18m de haut
(de la série du même nom - culte au Japon).
Non, nous n'avons pas fait un saut éclair à NYC, mais, il y a bel et bien une statue de la liberté
qui trône devant la magnifique baie de Tokyo.
On décide de rester dans les parages et d'aller parcourir la galerie marchande attenante
pour ensuite revenir à la nuit tombée, admirer la ville de nuit et le Rainbow Bridge éclairé.
Surprise quand nous découvrons que l’hôtesse d’accueil de la galerie est un robot plus vrai
que nature. Le Japon reste un pays vraiment surprenant, mais un peu perturbant.
Petit creux : on se reprend des Onigiris au Lawson.
Mention spéciale à ceux aux algues marinées (Yummy !) et à l'emballage très particulier
(et un peu difficile à comprendre pour les novices) qui permet que l'algue ne touche pas le riz
et reste ainsi bien croustillante (Re-Yummy !)
La baie de Tokyo est vraiment magnifique à la nuit tombée.
Petite déception : le Rainbow bridge n'est arc-en-ciel que par son nom.
Il ne s'illumine qu'au période de noël et, malgré ce que les guides nous ont dit,
il restera désespérément blanc pour nous.
Avant de repartir pour "le continent", nous tombons par hasard sur une partie totalement régressive
de la galerie contenant un espace de jeu rétro (le "Tape-Pieuvre" est top !) et plein de boutiques
et vitrines proposant des tonnes de jeux et gadgets plus fous les uns que les autres.
Et, au bout, le musée du Takoyaki (boutiques et restaurants consacrées aux boulettes de poulpe).
En fin de journée, on retrouve Marie et Julie, ainsi que Aya, dans le quartier de Shibuya,
au Doma-Doma, un Izakaya typique (l'équivalent du bistrot au Japon).
En repartant, nous explorons le quartier tous les deux et prenons sans le savoir
quelques photos "interdites", sous les regards noirs des yakusas présents à l'entrée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire